agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

16ème Fête de la Science

Du 3 au 15 octobre
« La robotique, c’est pas qu’automatique »

La robotique occupe de plus en plus de place dans notre quotidien. La France fait actuellement partie des pays les plus innovants dans ce domaine. La robotique possède de nombreux champs d’applications comme la robotique industrielle ou la robotique de service. Il existe désormais des robots capables d’étonnantes prouesses dans de nombreux secteurs : robots-compagnons assistant les personnes à domicile ou en charge de la surveillance et des soins, robots assurant la logistique, assistant les industriels dans la réalisation de gestes répétitifs et pénibles, robots-prothèses ou d’orthèse intelligentes.

La Fête de la Science organisée avec les soutiens du Conseil Régional d’Île-de-France et du Conseil Départemental de l’Essonne.

Exposition

À la Bibliothèque du 3 au 14 octobre
Horaires d’ouverture
Tout public
Entrée libre

De nombreuses interrogations se posent à propos de la robotique qui a bien évolué depuis ses origines. Venez découvrir l’exposition ludique et interactive « Des robots très “physique” » : l’histoire, le fonctionnement, la place dans la littérature...

À quoi servent-ils ? Que seront les robots de demain ?

Ateliers Robotique

À la découverte de Buzz l’éclair, Rodney et l’araignée solaire…
Mercredi 11 octobre après-midi à la Bibliothèque

Des ateliers pour manipuler des robots et comprendre leur programmation et fonctionnement
Animation pour les enfants à partir de 8 ans, proposée par À Fond la science en lien avec l’exposition « Des robots très
physique »

Ateliers scolaires

Des robots très « physique »
Jeudi 12 octobre et jeudi 19 octobre à 14h et 16h30 dans les écoles élémentaires
Pour les enfants à partir de 7 ans

L’association Pégase et ses élèves ingénieurs proposent aux enfants des écoles élémentaires de découvrir la manipulation de robots par le biais d’ateliers : expériences de robotique, de mécanique des robots, d’électricité, de programmation permettront aux participants de fabriquer des petits mécanismes assimilables à des automates ou robots.

Animation

En harmonie avec les robots
Dimanche 15 octobre de 10h à 12h à la demi-lune de la mairie
Tout public

Venez découvrir des robots, apprendre à les construire ou passer votre permis « Pilote d’automate ». Comment assembler un robot sans qu’il vous reste un boulon ?
Comment fonctionnent les asservissements sons et lumières lors des spectacles ? Et plein d’autres questions dans lesquelles Damien Tourneur vous propose de vous plonger.

Un point d’histoire

Contrairement aux automates, machines dont l’origine remonte au XVIIIe siècle, les robots sont des systèmes munis de capteurs, capables d’agir de façon autonome et pas seulement selon un programme préétabli. Ces dispositifs dits « intelligents » sont capables de recueillir des informations extraites de leur environnement. Le robot traite ces informations et adapte son fonctionnement.
La robotique s’est déployée dans les années soixante au travers de la robotique industrielle. La création des premiers robots destinés à une intervention en milieu hostile a été impulsée et financée par l’industrie nucléaire dès la fin des années 1950. Aujourd’hui, un autre domaine d’application de la discipline est en plein essor en France et dans le monde : la robotique de service.

Dans le domaine de la robotique, on distingue :

-  la téléopération : cette activité est orientée vers la contrôle supervisé et l’assistance à l’opérateur pour augmenter l’efficacité des tâches opérés à distance. Actuellement, la téléopération est présente dans les secteurs industriels, médical, militaire, nucléaire.
-  la cobotique : ou robotique collaborative vise à développer des technologies robotiques en interaction continue avec l’humain. La recherche porte sur la sécurité et l’efficacité de l’interaction « homme-robot » et sur de nouvelles architectures de cobots, depuis les systèmes d’amplification d’effort jusqu’aux exosquelettes.
-  la manipulation dextre autonome : l’objectif de cette discipline est de développer les technologies pour la robotique mobile et la manipulation intelligente.

Robotiques et enjeux sociétaux

Pour répondre aux nouveaux besoins des industriels et des particuliers, et s’adapter à des environnements de plus en plus complexes, les technologies robotiques devront être encore plus performances et intelligentes. Les robots développés devront pouvoir intervenir dans des secteurs aussi variés que la chirurgie ou la surveillance des sites dits sensibles. L’assistance des robots sophistiqués est ainsi envisagée dans le cadre d’opérations chirurgicales complexes.
De même, le développement de robots collaboratifs ou « cobots » dans le secteur industriel permettrait de réduire voire supprimer l’apparition de troubles musculo-squelettique (TMS), majoritairement dus à la réalisation de tâches pénibles et répétitives. Enfin, depuis l’avènement de la robotique industrielle dans les années 50 – 60, la création de robots capables d’intervenir en milieux hostiles, pour éviter à l’homme toute opération de maintenance dangereuse, reste une priorité.

Robotique et homme augmenté

La recherche sur les exosquelettes s’intéresse aux systèmes pour les membres supérieurs, les membres inférieurs ou complets. Par exemple, ABLE est un cobot générique à 7 axes, exosquelette du membre supérieur, entièrement commandé en effort, qui est conçu pour répondre à un grand nombre d’applications, comme interface pour la simulation de réalité virtuelle, comme bras maître pour de la téléopération avec un retour d’effort, comme orthèse pour des tâches de rééducation ou comme robot d’assistance au mouvement pour les personnes handicapées.
Par ailleurs, Hercule est un exosquelette complet pour l’assistance au port de charge, offrant une capacité d’emport de 40 kg durant une marche de 20 km.

Les robots s’invitent désormais dans le quotidien des enfants diabétiques. "Que dois-tu faire si tu te sens en hypoglycémie ?", interroge une voix aiguë lors d’une séance de jeu au sujet de l’hypoglycémie. Avec ce robot qui parle et danse, les enfants atteint de diabète de type 1 apprennent de manière ludique à calculer des données qui peuvent leur sauver la vie. Fruit d’une collaboration unique entre des professionnels de la santé, des ingénieurs en robotique et des universitaires, plusieurs robots font l’objet de recherches et financements européens dont le but est de développer une nouvelle sorte de personnage qui aide les enfants à faire face à la maladie et leur apprend ce qu’est le diabète ainsi que les effets du sport et de la nourriture.

Un peu d’économie

En 2005, le marché global de la robotique était estimé à 11 milliards de dollars. Il pourrait s’élever à 30 milliards de dollars en 2015. Par ailleurs, la robotique de service pèserait en 2020 100 milliards d’euros contre 3,5 en 2010.
Largement dominé par le Japon, le marché de la robotique civile connaît également un développement important en Allemagne. Le marché de la robotique militaire est surtout contrôlé par les Etats-Unis et Israël. La France, grâce à ses compétences en intelligence artificielle, conserve une position très intéressante sur les marchés de la robotique.