agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Douce France...

Mars 2019.

Depuis de nombreuses années, le budget communal est voté en janvier.

Élaboré suite au Rapport d’Orientation Budgétaire de décembre, qui traduit la volonté de l’équipe municipale de maintenir un service public de qualité, il permet d’envisager les projets à venir de façon pragmatique.

Entre les travaux du futur centre technique municipal, ceux de l’Église, des voiries, d’assainissement, les stationnements, les cheminements piétons, les espaces verts, l’élagage, il faut opérer des choix, tant les
ambitions pour Limours sont grandes et les demandes nombreuses.

Même si nous vivons dans un cadre de vie agréable et privilégié, où de très nombreux services sont offerts à la population, il est important de rester connecté à l’actualité.
Dans notre pays, tant envié à travers le monde, où règne la liberté d’expression, que viennent faire encore en 2019 ces mots devenus des maux ?
• Racisme, Antisémitisme, Fascisme, Xénophobie, Islamophobie, Christianophobie, Judéophobie...
• Lesbophobie, Homophobie, Transphobie...
• Francophobie, Américanophobie, Africanophobie...
Ces mots se traduisent toujours par des agressions, verbales ou physiques, au détriment de minorités.

Avoir vu l’image du visage de Madame Simone Veil profanée, m’a profondément attristée.
J’ai un total respect pour cette grande dame, déportée, magistrat, ministre, européenne convaincue, académicienne. Elle reste le symbole de la lutte pour les droits des femmes.

On oublie trop souvent que nous avons la chance de vivre dans le plus beau pays du monde.
Un pays où la presse n’est pas muselée, où il n’y a pas d’arrestations et de disparitions de masse, de condamnations arbitraires sans jugement, de censure, de dictature...

Plus passent les jours et plus je m’interroge, sur ce que sera la France de demain, celle de nos enfants.
Auront-ils la chance de pouvoir chanter :
« Douce France, cher pays de mon enfance, bercée de tendre insouciance, je t’ai gardée dans mon cœur... » ?

La démocratie, c’est fragile. La nôtre est en danger. Les institutions tant incriminées actuellement, restent pourtant les garants de notre constitution et donc de notre démocratie.

J’échange avec beaucoup de Limouriens sur des sujets communaux variés et aussi sur la crise actuelle que traverse notre pays. Il ressort deux maîtres-mots de ces rencontres : Respect et Éducation. Bon nombre d’entre nous constatons, que l’un comme l’autre sont en voie de disparition.

Il nous appartient, individuellement et aussi tous ensemble, de construire le monde que nous voulons pour demain.

Votre Maire
Chantal Thiriet