agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

L’Approche Environnementale de l’Urbanisme

Dans le cadre de son engagement pour un développement durable, la municipalité a souhaité introduire la démarche A.E.U.* dans la réflexion sur le projet cœur de ville.

C’est un engagement supplémentaire dans le sens de la qualité et du respect de l’environnement.

Cette démarche est soutenue en premier lieu par l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise
de l’Energie (Ademe). Elle permet notamment d’approfondir et de valoriser les dossiers
d’étude d’impact nécessaire en pareil cas.

En effet, ceux-ci doivent être impérativement visés avant réalisation par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, dans le cadre de l’instruction des dossiers
de Zone d’Aménagement Concerté, par exemple.
Elle se compose de plusieurs volets principaux se déclinant eux-mêmes en objectifs très concrets et parfaitement compatibles avec le cahier des charges principal du projet « Coeur de ville ». Tous ces objectifs, reliés entre eux, constituent le socle d’une véritable Charte d’aménagement et de Développement Durable comprenant :


Volet constructions :

  • Maîtriser les consommations d’énergie au sein des bâtiments,
  • Encourager les nouveaux habitants à utiliser des énergies renouvelables et des dispositifs économisant l’eau,
  • Sensibiliser les intervenants au traitement de l’eau et aux problématiques d’assainissement.

Volet vivre ensemble :

  • Favoriser une mixité à travers différentes typologies de bâti,
  • Promouvoir un mélange des fonctions générateur de lien social et de réduction des distances au coeur de la cité,
  • Améliorer l’offre en services privés et commerciaux accessibles par un réseau de circulations douces. Volet intégration à l’environnement :
  • Choisir des sites opportuns,
  • Préserver les lignes directrices du grand paysage,
  • Préserver et renforcer l’identité locale.

Volet aménagement :

  • Mettre en place une gestion alternative des eaux pluviales,
  • Maîtriser les consommations en eau sur les espaces verts,
  • Intégrer le principe de bioclimatisme à l’aménagement,
  • Optimiser l’éclairage public,
  • Favoriser les modes de transports alternatifs à la voiture au sein des nouveaux quartiers et conforter la place des piétons et cyclistes.