agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Le plateau, la Prédecelle, la ville

Le territoire communal se définit par : un plateau agricole, une vallée rectiligne est-ouest semi-boisée, un village au fond.

La ville se définit par : au coeur un village ancien, autour un premier cercle boisé, puis une périphérie de lotissements modernes.

Le plateau de Limours

Ce que l’on appelle "Plateau de Limours" est une entité intuitive, aisément perceptible, paysagère. Elle correspond souvent à la "mer" de céréales non interrompue par la ville ou la forêt.

Le Plateau de Limours est à la fois le plus haut et le plus vaste de la série des plateaux qui constituent le Hurepoix (177 à 181 mètres, voir article sur l’altitude). Il n’est plus relié au Plateau de Beauce que par un mince isthme d’à peine 100 mètres de large séparant les Vaux de Cernay du vallon de la Celle (au carrefour du Calvaire des Pucelles (cp)).

Le Plateau de Limours

Il est creusé au nord par l’Yvette et la Salmouille, et au sud par les affluents de la Rémarde (Celle, ruisseau Blin, Prédecelle, Charmoise). Sa longueur est de 18 kilomètres de Cernay-la-Ville (C-V) à la plaine du Déluge (d).

En fait, l’entité paysagère s’interrompt au Déluge par la forêt, mais l’entité géologique s’étend jusqu’à l’autodrome de Linas-Montlhéry (alm), ce qui rajoute 4 kilomètres. De même au nord-est il se prolonge à travers la zone urbaine des Ulis et Courtaboeuf (U C), puis redevient agricole dans le secteur de Villejust et Nozay (V, N). Là, cette « excroissance » du Plateau de Limours s’achève par les pentes de la Forêt du Rocher de Saulx et les coteaux boisés de La Ville-du-Bois (VB).

Dans sa première partie, le Plateau de Limours « porte » 6 villages, 14 hameaux et 18 grands corps de ferme.

La Prédecelle

La Prédecelle naît, non d’une source mais d’un fossé ouvert, à hauteur de la ferme qui en porte le nom (au beau milieu du plateau, sur la commune de Choisel). Notons que l’existence d’un chêne pluricentenaire en plein champs est une chose rare, qui peut s’interprêter comme une intention ancestrale de marquer ce point stratégique de séparation des eaux.

JPEG - 162.1 ko
Le Chêne de la Prédecelle

Son écoulement est rectiligne. Remarquons qu’il est l’exact prolongement du ru des Vaux de Cernay, ainsi que des Etangs de Hollande et encore du ruisseau des Ponts Quentin derrière. Cette longue continuité rectiligne a elle-même une orientation qui en rappelle beaucoup d’autres : le Grand Canal de Versailles, le Plateau des Alluets-le-Roi, et même la perspective des Champs Elysées (le Louvre longeant l’axe central de la Seine), etc... Le phénomène se retrouve largement en province. La liste est interminable des vallées et hauteurs qui obéissent à cette orientation.

Relief strié. En bleu à droite la Prédecelle, et ses prolongements

Il s’agit du pli Hercynien qui détermine une grande partie du territoire français. Il est particulièrement manifeste dans le nord du Hurepoix (Bièvre, affluents de l’Yvette, Vaux ce Cernay – Prédecelle, Salmouille).

La Prédecelle incise le Plateau de Limours d’ouest en est en s’y enfonçant doucement. Le long de son cours, son côteau nord fait une langue boisée, fine et rectiligne sur environ huit kilomètres. Cela crée le paysage limourien.

Le village est installé dans le fond sur la rive sud. Le cœur ancien est entouré de vestiges de grands parcs (le Valménil, le Parc Pescheux, la Solidarité et la Guérinière). Ces sites et lotissements ont gardé de hauts arbres qui assurent un paysage urbain très feuillu au centre.

La suite de l’étalement urbain est composée de la mosaïque de lotissements typique de l’après-guerre à aujourd’hui, où les modes de construction pavillonnaire portent les marques spécifiques de leur décennie.

Le tout a pour toile de fond le rideau boisé omniprésent sur l’horizon nord. Celui-ci est un site inscrit au titre de la loi de 1930.

La vocation agricole de Limours est inscrite dans le bâti en deux sites différents.

La première marque, celle de la fonction commerce, est la place centrale qui, dans sa largeur, est prévue pour accueillir un marché et sa halle (voir l’article sur la place).

La seconde marque, celle de la fonction stockage, est le groupe de silos de la coopérative agricole. Celle-ci a fusionné avec la coopérative de Châteaudun, pour former la deuxième plus grande de France ("Le Dunois"), qui y développe sa filière bio, avec une production de 8 à 10 000 tonnes par an.