agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

La lettre de l’opposition

Résidence de l’Avenue aux Moines : Où en est-on ?

La précédente tribune a informé les limouriens du projet d’installation d’une plateforme informatique d’assistance (QUIATIL) dans la résidence autonomie de l’Avenue aux Moines. Les résidents opposés à ce dispositif ont dès lors souhaité rencontrer les élus de l’opposition pour soutenir leur refus. Malgré les explications données en Conseil municipal par Madame le Maire et le directeur d’ARPAVIE Essonne, les résidents ne désarment pas. Le système Europ Assistance n’a donc pas été installé le 1er juin comme prévu. Mais ce report ne suffit pas ; les résidents veulent l’assurance de conserver le système actuel, qui pour nombre d’entre eux, a été l’élément essentiel du choix de la RPA de Limours.

En effet, l’engagement de la commune en 1987 dans le cadre de sa politique sociale, a été important (36 logements sur 59 sont réservés à la commune) : mise à disposition d’un véhicule et d’un chauffeur, de 2 agents de service et d’un agent technique assurant assistance de jour et de nuit. Ajoutons que Limours doit prendre en charge le déficit de fonctionnement s’il y en a et décide avec le gestionnaire de l’affectation de l’excédent, mais ne le récupère pas. La subvention communale est au moins équivalente aux rémunérations et charges sociales des agents mis à disposition. Ceci est la base de la convention que nous avons votée en 2016.

Alors, d’où provient le problème aujourd’hui ?

Bien que le gestionnaire ARPAVIE soit un groupe associatif à but non lucratif, il est clair que les économies financières constituent l’objectif principal des transformations qui se mettent en place dans les résidences : plateforme informatique au lieu de présence humaine, sous-traitance au moins disant pour l’entretien, la restauration…
De même, la municipalité de Limours considère que sa participation au fonctionnement de la résidence devient trop lourde pour ses finances et souhaite ainsi la limiter en supprimant l’assistance technique de nuit voire, à terme, le poste complet. Le bulletin municipal de juin affirme le contraire. Pourtant, c’est ce qui était prévu à la fin de la période de test en Décembre 2018. Sinon, pourquoi tant d’empressement à soutenir l’installation de la plateforme ?

Les élus de Limours Ensemble refusent que les restrictions budgétaires se fassent aux dépens des actions sociales, en particulier pour les personnes âgées qui ont fait le choix d’un logement collectif de qualité.
Les interventions d’ARPAVIE et de la mairie pour inciter les résidents à se résigner en annonçant cette plateforme comme une innovation irrémédiable n’ont pas convaincu ces derniers.
En dehors des urgences déjà assurées par bracelet ou pendentif, ce sont des services humains de proximité qu’ils veulent conserver : présence rassurante, disponibilité pour résoudre les petits tracas du quotidien jour et nuit.

Il faut les entendre et les soutenir ! Une pétition en ce sens a récolté plus de 470 signatures et une lettre a été envoyée à Mme le Maire le 30 mai 2018. L’association Limours Ensemble demandait à la commune de soutenir le refus des résidents de la RPA.

Contrairement à ce que déclare notre maire. rien de malveillant ni de polémique dans cette démarche et dans les informations données.

Les 3 élus de Limours Ensemble
Olivier Jouniaux, Anne Turpin, Simone Cassette
Le 6 Juin 2018
Limours Ensemble est sur Facebook