agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

La lettre de l’opposition

À quand une autre politique du logement à Limours ?

Galère pour un jeune couple, enfants de Limours qui aimerait
pouvoir continuer à y vivre.
En recherche d’un logement, ils n’ont
d’autre choix que se tourner vers le locatif privé, souvent très cher
pour la qualité offerte, du fait de l’insuffisance de l’offre de logements
à loyers modérés. Depuis les 30 dernières années, à Limours, ce sont
10 logements sociaux (ex gendarmerie) qui ont été construits et 8
logements très sociaux aménagés par Solidarités Nouvelles pour le
Logement. Les projets en cours, 13 + 6 logements, d’ici à 5 ans, ne
feront qu’atténuer le manque de logements collectifs pour les revenus
modestes et répondant à la demande pressante d’aujourd’hui
(une trentaine) en termes de diversité et de qualité. Acheter son logement
 ? Les petits appartements (T2 ou T3) sont rares et pour acquérir
une grande maison, ce qui représente l’essentiel de l’offre à Limours,
il faut des revenus conséquents (5000€/mois).

Ainsi s’explique l’évolution de la population publiée par l’INSEE
en septembre dernier.
De 2011 à 2016, la population de Limours
est passée de 6478 habitants à 6695, soit une faible augmentation
de 217 habitants. On observe surtout un vieillissement de la population.
Les plus de 60 ans deviennent plus nombreux (+216) tandis que
les plus jeunes s’éloignent par manque d’avenir (-30 pour les 15 à 25
ans). Une faible augmentation des 30 à 44 ans (+41) est due principalement
à l’apport d’habitants à hauts revenus. Les trois dernières
années ont probablement vu ce phénomène s’amplifier.

Et pourtant, la commune n’a pas marqué sa solidarité avec les
seniors de la résidence de l’avenue aux moines.
Par économie,
la permanence du gardien la nuit et en fin de semaine n’a pas été
reconduite. Les résidents se retrouvent avec comme seul lien externe
un système d’alarme dont on peut dire que le fonctionnement
laisse fortement à désirer. Les témoignages de dysfonctionnement
ne manquent pas. Une économie pour la commune (60K€), certes,
mais qui renforce la déshumanisation à laquelle les plus anciens sont
maintenant confrontés avec l’extension des services dématérialisés.

Le programme local d’habitation (PLH) est en discussion au
sein de la Communauté de communes.
Il fait aussi le constat d’un
ralentissement de l’attractivité de notre territoire, de la difficulté à y
accueillir et maintenir les jeunes ménages. La production de nouveaux
logements devrait s’orienter sur les besoins recensés : des
petits logements collectifs à prix maîtrisés et à haute qualité énergétique
 ; des logements adaptés aux personnes seules, aux familles
monoparentales, aux personnes âgées ; des logements d’insertion,
des logements d’urgence. Les élus majoritaires de Limours ne
semblent pas prêts à intégrer un projet commun piloté par la CCPL.
Certes les 2/3 des logements sociaux se situaient jusqu’à présent
à Limours, mais n’est-ce pas normal puisque c’est la plus grande
ville et la mieux équipée ? Le développement du logement ne peut
se dissocier de celui des transports et des services, tous ces sujets
doivent être traités à l’échelon intercommunal pour garantir équilibre
et efficacité, chaque commune gardant la maîtrise de ses projets.
Il est temps de jouer collectif !

Les 3 élus de Limours Ensemble
Olivier Jouniaux, Anne Turpin, Simone Cassette
le 6 janvier 2020
Limours Ensemble est sur Facebook