agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Le Pays de Limours

Le Pays de Limours est l’institutionnalisation récente d’une réalité ancienne : une communauté de vie à l’échelle du canton.

Réalité du Pays de Limours

Le Pays de Limours est une création récente répondant à la loi ATR (Aménagement Territorial de la République) de 1992 instituant les communautés de communes. C’est l’ancien District rural du Canton de Limours, qui datait de 1964, qui fut transformé en Communauté de Communes dite du Pays de Limours (CCPL) en 2002. Un tel « pays » n’a donc pas d’existence historique en-deçà de cette création.

Le vocable de « pays » est souvent usité pour évoquer une région naturelle, généralement chargée de traditions communes (artisanats, gastronomie…) voire d’une histoire commune (seigneurie, industrie...). A défaut de tout cela, le Pays de Limours est très limité au plan « identitaire ». Il consiste aujourd’hui surtout en la vie collective de ses communes et de ses habitants.

Ses facteurs sont la centralité de Limours (équipements culturels et sportifs, commerces et marchés, etc…), une centralité émergeante à Briis-sous-Forges (gare autoroutière, déchetterie, commerces, RPA, siège de la CCPL…) et les équipements et événements de la CCPL (petite enfance, tourisme, culture, transport…).

JPEG - 347 ko
Briis, Forges et Limours

Avant la partition de la Seine-et-Oise, Bonnelles et Bullion faisaient partie de ce "pays" dont Limours est le centre. Et cela semble toujours une réalité économique.

L’institution CCPL précède donc le nom de Pays de Limours, mais l’entité qu’elle a ainsi « baptisée », et à laquelle elle contribue, lui est préexistante. L’Office de Tourisme du Pays de Limours qui en émane prolonge la CCPL au plan touristique.

Géographie et paysage

En cherchant une identité au Pays de Limours, on peut trouver sans exagération une cohérence géologique et paysagère. Ses 14 communes recouvrent le plateau de Limours (sa partie essonnienne), les bassins de la Prédecelle, de la Charmoise et du haut de la Salmouille. Or au sein d’un Hurepoix aux vallées étroites et abruptes, les secteurs Prédecelle et Charmoise (qui représentent les deux tiers du Pays de Limours) ont à l’inverse des déclivités très faibles, et des paysages de vallées vastes et ouvertes.

PNG - 1.1 Mo
Le Pays de Limours en Hurepoix

Les bois sont souvent dénués de ce caractère longiligne qui caractérise les autres bois du Hurepoix, hormis ceux qui surlignent les parcours de la Prédecelle et de la Salmouille.

Il existe aussi les châtaigneraies d’exploitation. Elles représentent une spécialité locale du Pays de Limours, partagée avec les premiers voisins des Yvelines. Les communes « sanctuaires » des ces splendeurs (bi ou tricentenaires, diamètres énormes, morphologies extraordinairement tortueuses) sont Forges-les-Bains, Angervilliers et Bonnelles (Yvelines). On les trouve aussi à Vaugrigneuse, Briis-sous-Forges et Saint-Maurice-Montcouronne, et marginalement à Limours et Pecqueuse.

JPEG - 307.4 ko
châtaigniers du Pays de Limours

En revanche, le bâti des villages et des églises est sensiblement celui du Hurepoix et de l’ïle-de-France en général, sans spécificité. Notons simplement cette nuance du côté des Molières (la toponymie n’est d’ailleurs pas un hasard) : l’emploi plus répandu de la meulière qui annonce l’entrée dans les Yvelines.