agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Le bois communal

Les bois de Limours relient la ville à Roussigny. Ses sentes et routes forestières offrent un grand choix de promenades.

Le bois communal et l’Orée du Bois sont un lieu de sports et de détente, de patrimoine, et bien sûr de nature.

Du point de vue sportif et ludique, nous avons les agrès du parcours sportif, les boulodrommes, le Skate Park et le mini-stade, ensembles le long de la Prédecelle.

Tous les dimanches après-midi de l’année, l’Orée du bois est fermée aux automobiles, et devient un terrain de jeux de plein air, de société, de sports ou autres, à l’ombre des grands arbres. Elle est régulièrement animée par le Comité des Fêtes. L’Orée du Bois est le théâtre de la brocante de Limours, de la chasse aux œufs de Pâques, etc.

Le relief du bois est apprécié pour les compétitions de cyclo-cross (il a reçu des Coupes de France FSGT). La montée au haut de la colline et la multitude des petits vallonnements sont favorables à l’entraînement. Une sente ouverte en 2005 fait la "montagne russe" le long de la clôture de Thalès, et représente un bon concentré de ces difficultés.

L'orée du Bois en octobre

Du point de vue du patrimoine, les amateurs pourront s’attacher aux vestiges du domaine de l’ancien château de la duchesse d’Etampes. Au XVIIe siècle, Gaston d’Orléans fait aménager la sortie nord du domaine, vers Paris. Il fait aménager trois routes pour traverser les bois. L’une dite Pavé Gaston commence par enjamber la Prédecelle par le Pont Gaston, puis monte doucement au lieu-dit Les Pavillons. Ces deux pavillons, classiques en toiture à double pente, encadrent symétriquement la porte nord.

Un panneau du Parcours du Patrimoine résume ces faits.

Le pont, le pavé, les pavillons

Une deuxième route n’est restée visible depuis un siècle que sur les vieilles cartes postales : c’est la belle Route aux Pins. Encore en cours de dégagement, elle a été réouverte à la promenade par la Balade Limourienne de juin 2013. Notez que les pins sylvestres en question sont les vestiges vivants de la mode paysagère du XVIe siècle, qui cherchait l’exotisme méditerranéen.

La troisième, empierrée comme la première, rejoint directement les Pavillons au centre-ville.
Par ailleurs, l’ancienne route de Roussigny a toujours son gué de pierres.

Du point de vue de la nature, on constate que l’ONF conserve au milieu des espaces entretenus des périmètres plus ou moins impénétrables. Faits d’arbustes, d’arbres couchés ou encroués, ils permettent à toute une faune de vivre, par exemple les nombreux chevreuils du bois. Les bois morts sont plus fréquentés par les oiseaux, du fait de la présence des insectes xylophages. D’autre part, on notera les chênes centenaires qui agrémentent l’orée du bois.

JPEG - 80.3 ko
L’orée du bois et les boulodromes

Enfin, les arbres abattus y sont souvent les témoins encore vivant de la tempête événementielle du 26 décembre 1999. Il sera intéressant de constater leur évolution dans leur nouvelle vie d’arbres accidentés, habituellement abrégée volontairement.

Le lien avec Chaumusson se fait aujourd’hui forcément par la ville : par l’accès du chemin de l’Accueil, la rue du Moulin à Vent, la sente du cimetière et celle de la Butte Verte. Vers Roussigny se trouve la deuxième partie du bois communal, depuis lequel il est facile de remonter au hameau.