agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Projet cœur de ville

Retrouvez le compte rendu exhaustif de l’avancée des travaux pour 2011.

Historique
Un dossier paru dans les N°29 de septembre 2008 et N° 296 de janvier 2009 du magazine municipal et plusieurs articles de la presse locale s’étaient faits l’écho du lancement de ce projet important pour notre commune.

Le 4 juillet 2008, la municipalité signait une convention de partenariat
avec le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement
de l’Essonne autour d’un « projet coeur de ville ». Ce même CAUE venait présenter les
résultats de l’étude intitulée « Intentions pour l’aménagement du coeur de Limours » au bureau municipal du 29 septembre 2008 ainsi qu’au Comité consultatif urbanisme du 03 décembre 2008. Faisant suite à une étude historique détaillée sur l’évolution structurelle de la commune, quatre objectifs étaient alors validés unanimement par le Comité consultatif :

  • Objectif 1 : Fluidifier les déplacements et organiser le stationnement,
  • Objectif 2 : Assurer la mixité sociale et fonctionnelle du coeur de ville,
  • Objectif 3 : Révéler le coeur de Limours par le paysage,
  • Objectif 4 : Mettre en valeur le patrimoine.

Suite à cette première étape, véritable socle de la réflexion, le 29 avril 2009, le Comité s’est penché sur le choix de la procédure administrative la plus adaptée, compte tenu des nombreux paramètres du sujet envisagé. Parallèlement, élément incontournable, le diagnostic patrimonial et technique de l’église Saint-Pierre, établi par Monsieur Stéphane Berhault, Architecte du patrimoine, était présenté le 11 septembre
2009 au cours d’une réunion publique particulièrement intéressante.

Le 21 octobre 2009, le Comité consultatif urbanisme entérinait la proposition
de lancement d’une consultation, en vue d’études d’aménagement du centre bourg, dans le cadre d’un marché de service passé en procédure adaptée et faisant l’objet d’un lot unique. Pivot de cette consultation, le cahier des charges énonce :

  • les quatre objectifs primitifs fixés précédemment avec le CAUE,
  • la composition d’une équipe pluridisciplinaire chargée d’accompagner la commune dans sa démarche et constituée d’un Architecte, d’un Bureau d’étude environnement, d’un Bureau d’étude Voirie Réseaux Divers, d’un Géomètre et d’un Assistant au maître d’ouvrage.
  • les missions principales soit, la précision des contraintes physiques, techniques, paysagères, environnementales, réglementaires ; la consultation des concessionnaires et administrations concernés ; la définition, au stade du schéma d’aménagement, des possibilités d’aménagement avec une comparaison des différents scénarios (schéma de circulation, occupation du site, …) qui composent ces possibilités ; l’établissement d’une approche des faisabilités technique et financière de l’opération ; la validation du mode procédural le plus approprié ; la précision du calendrier indicatif de déroulement du montage de l’opération ; la définition du plan périmétral du projet sur la base du fond de plan cadastral.

C’est dans ce cadre que, le 12 novembre 2009, le Conseil municipal délibérait à l’unanimité pour le lancement officiel de cette consultation. Nous aurons l’occasion de revenir fréquemment dans ces colonnes sur l’avancement d’un projet passionnant de par son positionnement et riche parce qu’ouvert à une large concertation.

Le second Comité Consultatif Urbanisme, organisé à La Grange le 15 septembre 2010, a permis d’esquisser les premiers scenarii d’aménagement pour le coeur de ville.

Fruit d’un long et minutieux travail de réflexion croisé avec les élus et les nombreux membres du Comité Consultatif Urbanisme, ces premiers scenarii respectent scrupuleusement les quatre objectifs principaux fixés dans l’étude préalable accomplie en 2008 avec l’aide du Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement de l’Essonne (CAUE) :

1. Tisser par l’espace public une véritable fluidité du coeur de ville. Réaliser un plan de déplacement et organiser le stationnement en rythme avec la vie du centre,
2. Assurer la mixité sociale et fonctionnelle du centre de la commune en « apprivoisant » la densité du coeur de ville,
3. Révéler la ville par le paysage et renouer avec le « grand paysage »,
4. Mettre en valeur le patrimoine, en premier rang le monument historique de l’église Saint-Pierre.

En complément de ces 4 objectifs principaux et, après avis unanime des professionnels accompagnant le projet, 3 options principales sont à intégrer à la réflexion :

Dégager le chevet de l’église Saint Pierre,
• Déplacer le gymnase municipal,
• Créer une liaison sécurisée entre la rue Maurice Béné et la rue de Marcoussis.

Dans un premier temps, le vaste périmètre d’étude a été scindé en sept pôles principaux, un peu à la manière d’un puzzle.
Cette approche permet de mieux appréhender une réalité complexe en mettant en relation chaque pôle progressivement.

Voyons ici les grandes lignes proposées :

Pôle 1 : Place du Général de Gaulle. Ce pôle étant interdépendant des pôles suivants, il nécessite impérativement une mise en oeuvre dans une tranche ultérieure suite à une réflexion spécifique.
Pôle 2 : Abords de l’église. A ce stade, deux options sont envisageables. Le scénario « venelle » qui consiste à reconstituer un front bâti tout en dégageant le chevet de l’église. Le scénario « parvis » qui permet de dégager totalement le chevet de l’église. (voir illustrations)

JPEG - 6.3 ko
scénario "parvis"
JPEG - 6.4 ko
scénario "venelle"


Pôle 3 : Espace du Gymnase. Dans la continuité du front bâti du pôle 2, l’organisation permet d’implanter des logements et des équipements publics.
Pôle 4 : Espace « Pelletier ». Celui-ci doit permettre de réorganiser la circulation en réalisant la jonction entre la rue Maurice Béné et la rue de Marcoussis. La mise en valeur d’espaces verts et la possibilité de construction sont également à considérer.
Pôle 5 : Espace des écoles. Pôle central et stratégique, il est à considérer sur le long terme en lien direct avec les autres projets qui peuvent, eux, trouver une faisabilité à court ou moyen terme.
Pôle 6 : Parc communal. Doit rendre possible la mise en valeur de l’entrée du coeur de ville. Il permettrait de créer un véritable parc, lieu de détente et de rencontre, autour d’un équipement public par exemple. La création d’une voie doit également permettre de réorganiser la circulation aux abords de l’école Herriot.
Pôle 7 : Secteur Est. Cet espace, actuellement régi par un Plan d’Aménagement d’Ensemble, permet d’obtenir une constructibilité modérée et contrôlée, directement en lien avec le coeur de ville, via des cheminements piétons.