agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Un thème : Le Tour du Domaine

Voici une promenade thématique des plus instructives, celle du "tour du domaine". Elle retrace l’importance du domaine seigneurial de Limours avec ses dépendances, et évoque la structuration sociale et économique de la société de l’Ancien Régime.

Le document édité par la Mairie au printemps 2011 « Pavillon Mansart - enquête à Limours », écrit par une habitante, Mme Yvette Bluteau, est à la fois le récit explicatif et le guide de randonnée de ce cheminement parmi les vestiges du domaine disparu. Il est distribué gratuitement en Mairie.

JPEG - 344.5 ko

Splendeur...

Certes l’Histoire nous prive du château de la duchesse d’Etampes, du faste de la salle de bal, de la luxuriance des chambres royales, de l’eurythmie des charpentes de Philibert Delorme, des jardins, en somme de l’œuvre de l’âge d’or des arts, mais on peut imaginer le tableau de l’époque.

Il faut une toile très vaste pour y faire entrer le logis seigneurial et son petit monde entier dont il est le centre. Ses façades haussées de tourelles carrées imposent sa présence autoritaire et paternelle à son immense domaine.

Ce domaine est donc un immense carré, d’abord entièrement forestier, qui s’étend sur la vallée de la crête nord à la crête sud, soit 400 hectares.
- Sept corps de ferme et deux colombiers mettent en oeuvre la prodigalité du secteur.
- Des allées, des ponts, des routes pavées, des systèmes hydrauliques avec aqueduc équipent et agrémentent l’ensemble.
- Six pavillons de garde sur cour d’honneur et deux à l’entrée nord, une orangerie et un pavillon annexe complètent le domaine.

...et disparition

L’Histoire n’a pas tout effacé. Subsistent plusieurs maisons particulières installées...

...dans un des quatre grands pavillons de garde de la cour d’honneur,

...dans ceux de l’entrée nord du domaine,

...dans un colombier ou dans l’ancienne ferme de l’impasse de la Basse Cour.

Deux routes forestières pavées et un pont du XVIIe siècle se font discrets mais sont toujours là.
La porte cochère de la rue Félicie Vallet peut être une entrée de grange du corps de ferme central.

Les fermes de Limours étaient des dépendances du domaine.

Celle du cœur du bourg était cadrée par les actuelles rues Maurice Béné, Félicie Vallet et du Couvent dans sa partie basse. Il n’en reste rien, peut-être à l’exception de la vieille maison à porte cochère de la rue Félicie Vallet. L’ancien nom de celle-ci, rue des Ecuries, explicite la fonction de ces bâtiments. Ses toitures et son pigeonnier sont bien apparents sur l’aquarelle représentée plus haut.

JPEG - 241.1 ko

Le Jardin, dont il reste d’ancien une grange, et le Pivot sont toujours en activité.

La Bènerie et la ferme de Chaumusson, toutes deux très remaniées, abritent des entreprises.

De la ferme de Roussigny il ne survit guère qu’une travée de grange d’une hauteur de toiture spectaculaire. L’ensemble est converti en logements. La même conversion en logements s’est réalisée dans la "Basse Cour" au bout de l’impasse qui en porte le nom. Mais les bâtiments furent conservés en de belles maisons, après avoir été bergerie, étable, écurie, poulailler, porcherie et comme dit plus haut colombier.

Les illustrations sont reprises du document "Le Tour du Domaine".

JPEG - 157.2 ko