Concertations et proximité

Bilan des réunions de quartier 2017


Commencée le 22 avril 2017 par les trois hameaux de la commune, la tournée des réunions de quartier s’est achevée le 1er juillet dernier après une vingtaine d’étapes. Fidèle à son engagement de proximité, l’équipe municipale est venue au-devant des Limouriens pour échanger concrètement autour des problèmes rencontrés sur le terrain afin d’agir au plus près de vos préoccupations.

Une nouvelle fois, cette concertation de proximité a reçu un très bon accueil puisque, sur l’ensemble de la tournée, plus de 500 Limouriens ont répondu à l’invitation lancée par l’équipe municipale.
Si un bilan exhaustif est établi en liaison étroite avec les services techniques de la commune, nous vous proposons ici un bilan synthétique des principales demandes répertoriées.
En fonction des impératifs budgétaires et du contexte financier très tendu, ce bilan viendra nourrir les décisions du Conseil Municipal orientant la programmation des travaux à venir.
Plusieurs axes principaux ressortent clairement et permettent la classification que nous vous proposons ici.

1. L’UTILISATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Pour une commune comme la nôtre, la voiture est considérée comme « une réalité utile ». Pour autant, son utilisation quotidienne génère un nombre important de problèmes.
Les vitesses excessives, le non-respect de la signalisation en vigueur et du code de la route, le stationnement anarchique sur les trottoirs ou dans les rues sont autant de thématiques systématiquement relevées par les Limouriens comme un véritable fléau.
Certes, les aménagements de sécurité réalisés depuis quelques années (chicanes, plateaux ralentisseurs, signalisation dédiée) ont amélioré la situation ici ou là mais, les incivilités se multipliant, il reste encore trop d’exemples négatifs.
Les nuisances sonores associées à l’utilisation de certains véhicules à moteur sont également largement soulignées.
Parallèlement à une sensibilisation pédagogique, la coordination entre la police municipale et la gendarmerie sera donc renforcée, notamment sur l’aspect signalétique et contrôle.

2. LES COMPORTEMENTS ÉGOÏSTES

C’est toute la notion du « vivre ensemble » qui est malheureusement mise à mal au
quotidien :

- Les déjections canines sont un véritable cauchemar. De trop nombreux propriétaires
d’animaux domestiques laissent encore leurs compagnons à quatre pattes souiller les trottoirs de la commune en toute liberté. La mise en place de distributeurs de sacs aux emplacements « stratégiques » a permis d’améliorer la situation, mais il reste une marge de progression…

- La végétation abondante en zone urbaine réclame un programme d’entretien et d’élagage phénoménal sur les espaces publics. Pour mémoire, la commune entretient 22 122 m2 de parcs. Force est de constater que les propriétés privées ne bénéficient pas forcément du même traitement de la part de leurs propriétaires occasionnant directement une gêne pour les piétons en cas de débordement sur la voie publique. À titre privé, on constate une recrudescence de relations de voisinage conflictuelles lorsqu’il y a perte de jouissance d’ensoleillement par exemple.

- La saleté. En dépit des 121 poubelles réparties sur le territoire communal, trop de déchets jonchent encore l’espace public, sans parler des mégots et des chewing-gums incrustés dans le macadam.

- Le tapage diurne ou nocturne et l’utilisation d’outils à moteur contrevenant à la réglementation communale ou départementale, sont encore trop fréquents. Le retour des beaux jours n’arrange pas ce phénomène. Là encore, les recours à la force publique se multiplient sans que les effectifs en personnel puissent suivre le mouvement.

- Les incivilités en général sont malheureusement quotidiennes et ne rendent pas la vie facile. S’il est besoin de s’en persuader, un examen approfondi des registres de police municipale en livre un florilège édifiant.

3. LES TRAVAUX DE VOIRIE

Le renforcement de l’entretien de la voirie et des trottoirs est une demande constante.
En dépit de programmes de travaux annuels conséquents et en raison des contraintes budgétaires de plus en plus prégnantes, l’entretien des 54 kilomètres de voirie du patrimoine communal demeure un secteur central du budget d’investissement.

4. LES NUISANCES AÉRIENNES

Elles restent aussi un « classique » des remarques faites dans les réunions de quartier.
La vigilance va être d’autant plus de mise qu’avec l’agrandissement des bâtiments de l’aérogare d’Orly, les rumeurs d’augmentation du trafic se font insistantes.

5. LE PHÉNOMÈNE DE « DÉSERT MÉDICAL »

C’est un nouveau sujet qui s’est invité dans les échanges depuis ce premier
semestre 2017.
En effet, la fin d’exercice brutale de deux médecins généralistes sur les six que
comprenait notre commune, plonge une partie de la patientèle dans la difficulté,
voire même l’anxiété. L’équipe municipale a immédiatement réagi en engageant, sans attendre l’avènement du projet intégré par anticipation au « Quartier Ouest », les études en vue d’une réalisation en centre-ville pour remédier rapidement à cette situation.
L’analyse en profondeur de ce travail de concertation est en cours de réalisation.
C’est une étape particulièrement importante puisqu’elle conditionne la réalisation définitive des travaux, ainsi que la mise en place des actions nécessaires.
Devant l’ampleur des demandes et le caractère non extensible des possibilités budgétaires, une programmation dans le temps sera donc absolument nécessaire.

Comme toujours, l’action diligente des services communaux ne permettra pas, à elle seule, de résoudre l’ensemble des problèmes évoqués. Seules une réelle prise de conscience collective et une évolution significative des comportements individuels permettront de progresser sur le chemin du « Vivre ensemble ».