Mars

La majorité mobilisée contre les nuisances aériennes

La majorité mobilisée contre les nuisances aériennes

 

La situation de l’aéroport d’Orly est unique en France : implanté sur une emprise de plus de 1 500 hectares, il est enclavé dans un tissu urbain dense (3 500 habitants au km²) qui préexistait à la construction de cette plateforme. Ce statut particulier se traduit par l’existence d’un couvre-feu et d’un plafonnement du trafic aérien, deux garde-fous a minima.

 

Profitant honteusement de la situation particulière dans laquelle nous plonge la crise sanitaire, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) a récemment tenté de remettre en cause cet équilibre en présentant un nouveau projet de Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) pour la période 2018-2023. Il s’agit, qui plus est, d’un projet qui remet sur la table un dossier qui a été clos en 2009 avec un accord à l’unanimité des parlementaires tous partis confondus lors de l’examen de la loi MOLLE.

 

Le nouveau projet contient deux mesures dont la mise en œuvre viendrait accroître les contraintes sur l’habitat existant et futur autour d’Orly sur 13 000 hectares supplémentaires alors même qu’en toute logique, il revient à l’activité aéroportuaire à l’origine des nuisances d’assumer les efforts à réaliser et aux professionnels du secteur aérien de faire preuve d’exemplarité en employant tous les moyens nécessaires pour réduire autant que possible les dommages causés aux habitants.

 

Aux côtés de Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et de François Durovray, Président du Conseil départemental de l’Essonne, de très nombreux élus toutes tendances confondues et du monde associatif réuni, l’équipe Aimons Limours s’est fortement mobilisée contre ce projet susceptible, à terme, d’attenter à la qualité de vie des habitants qui y sont exposées.

 

A cette occasion, nous avons remis en avant les mesures de bon sens que sont l’extension du couvre-feu, l’amélioration des procédures de décollage ou la mise en application de mesures incitatives afin d’accélérer la transition des flottes d’aéronefs vers des modèles plus efficaces et moins bruyants.

 

Enfin, vouloir étendre les contraintes sur 13 000 hectares supplémentaires en zone déjà dense de la Région Île-de-France alors même que l’Etat affiche des objectifs de valorisation sur ces mêmes territoires notamment via des Opérations d’Intérêt National, ne reviendrait-il pas pour lui à se tirer une balle dans le pied ?

 

Devant la levée de boucliers massive des élus franciliens et du monde associatif, la DGAC a dû battre en retraite. Soyez certains que nous restons totalement mobilisés et extrêmement vigilants pour la suite !

 

L’équipe Aimons Limours a la chance de pouvoir compter parmi ses membres un parlementaire, Jean-Raymond Hugonet, sénateur de l’Essonne. Nous connaissons sa détermination dans le suivi ce dossier, comme dans bien d’autres, auprès des instances gouvernementales.

 

 

Les 25 élus majoritaires de l’équipe Aimons Limours

 

Retrouvez-nous sur   , Aimons Limours et

Accès direct