Juin

Drôle de jeu à la CCPL

Nous avions déjà dénoncé les conditions de la mise en place du nouveau bureau communautaire qui écartaient de toute responsabilité, les représentants des communes qui n’avaient pas voté pour la nouvelle présidente, Dany Boyer, maire d’Angervilliers et actuelle conseillère départementale. Les réunions du Conseil qui ont suivi se sont déroulées dans un climat peu propice à la coopération intercommunale, pourtant plus que souhaitable dans le cadre d’une petite collectivité territoriale dont l’histoire ancienne (District) avait démontré la pertinence. On est très éloigné aujourd’hui de l’esprit de collaboration autour de projets communs dans l’intérêt de l’ensemble des communes.

Vu de l’extérieur, puisque les élus d’opposition ne peuvent participer ni au bureau ni aux commissions, on assiste à des situations étonnantes et parfois incompréhensibles. La mise à l’écart de la ville de Briis-sous-Forges, commune pourtant considérée comme la plus active après Limours (toutes deux lauréates du programme « Petites Villes de Demain ») n’est pas admissible. Cette situation s’accompagne de méthodes arbitraires sur la gestion d’un désaccord concernant la réhabilitation de la Résidence pour personnes âgées de la Boissière (remise en cause d’une décision votée). Le rapport d’activité 2019 a été censuré, parce que l’éditorial rédigé, comme il se doit, par l’ancien président Bernard Vera, ne plaisait pas à Mme la Présidente.

Étonnant encore, le refus de répondre en séance à des questions concernant le budget avant le vote, alors que la réponse était simple et certainement connue de nombreux conseillers comme l’a montré le document d’explication envoyé après le vote …

Il se dégage une impression forte d’autoritarisme de la présidente, révélé par exemple lorsqu’elle a pris seule la décision de refuser des doses de vaccin à une période où celles-ci manquaient cruellement, sans tenter de trouver une solution pour la tenue du centre vaccinal le week-end. La réorganisation des services de la CCPL, dont personne ne conteste la nécessité, est promise depuis un an mais n’a encore pas été discutée (ou en petit comité ?).

Certes, la présidente s’appuie sur sa majorité mais on est loin de la recherche de consensus autour de projets communs pour l’ensemble des habitants de la CCPL. Triste situation qui risque de réduire l’action de cette collectivité à la répartition des financements au prorata des besoins et exigences des communes. Quel est donc le nouveau rôle de notre intercommunalité ? Quels sont les objectifs de développement ? La présidente n’avait pas jugé utile de présenter un programme. Où veut-elle mener la CCPL et ses 25 000 administrés ? En l’absence d’une politique commune claire et partagée, ne risque-t-on pas de s’acheminer vers un éclatement et un rattachement de nos petites villes aux communautés d’agglomérations proches, Saclay ou Cœur d’Essonne ? Nous ne nous résoudrons pas à balayer le travail réalisé en commun depuis de longues années.

Les élus de Changeons de Cap : Simone Cassette,

Bernard Morin, Catherine Hespel, Maurice Pagel

 

Retrouvez-nous sur  et 

Contact : cdc.limours@gmail.com