Juillet-Août

Quand la solidarité se confronte à la recherche du profit

 

Le Carrefour des Solidarités (CDS) et son épicerie sociale ouverte depuis 1994, est un des piliers de la solidarité dans notre secteur. De nombreuses familles et personnes isolées en grande précarité bénéficient d’une aide alimentaire directe (environ 300 personnes).

Du fait de la crise sanitaire, le Carrefour des Solidarités a dû modifier son fonctionnement: plus de braderies, plus d’évènements festifs et donc une diminution des recettes pour l’épicerie sociale alors que les besoins étaient toujours bien présents. Le CDS a fait preuve d’ingéniosité au cours de cette période en mettant en œuvre «le drive» qui a permis aux bénéficiaires de continuer à se fournir à l’épicerie sans y rentrer. Les partenaires du CDS (communes, CCPL, département, CAF) ont aussi adapté leur aide, permettant ainsi la poursuite de l’activité. Mais une nouvelle difficulté a vu le jour.

L’essentiel des denrées alimentaires provient de partenariats avec des associations comme la Banque Alimentaire et REVIVRE. Des magasins de la grande distribution contribuent également par des dons, encadrés par la loi anti-gaspillage, à l’approvisionnement de l’épicerie, en particulier pour les produits frais. Les jardiniers solidaires apportent en saison des compléments de légumes.

Mais la politique de la grande distribution a évolué : les produits à date limite de consommation proches sont maintenant vendus en magasin à bas prix. Il est clair que cela peut répondre aux besoins de clients très modestes.

Toutes les grandes enseignes ont suivi la même démarche : augmenter leurs gains en bradant les produits à date de consommation limite, autrement laissés de côté dans les rayons par les consommateurs.

Le Carrefour Market de Limours constituait un apport important (de l’ordre de 1700 tonnes depuis le début de l’année) et très intéressant pour le CDS du fait de sa proximité pour la fourniture de produits frais. Mais voilà, pour continuer à répondre à la solidarité, le magasin a finalement fourni des produits en grande majorité périmés et impropres à la consommation ! Les denrées ont dû être jetées par les bénévoles de l’épicerie sociale! Le CDS a donc dû trouver ailleurs un minimum de produits frais (viande, laitages) et réduire son offre. La mairie de Limours a été alertée; nous lui demandons instamment d’aider l’épicerie à traverser cette période difficile en faisant pression sur la direction du Carrefour Market.

Nous sommes très choqués de l’attitude de Carrefour Market ! Que les grandes enseignes profitent de la vague écologiste qui incite les consommateurs à limiter les gâchis en ne boudant pas les produits à courte durée de vie: très bien! Mais cela ne doit pas se faire au détriment des associations qui aident les personnes en difficulté. L’ouverture de ce magasin le dimanche (contre laquelle nous votons chaque année) permet aussi d’augmenter le chiffre d’affaires. Pourquoi ajouter un tel mépris pour les plus démunis? La solidarité implique le respect des personnes en difficulté. L’épicerie sociale n’est pas une poubelle et les bénéficiaires de l’aide alimentaire ne méritent pas d’être traités ainsi !

Nous soutenons avec force toutes les actions qui amélioreront les ressources du Carrefour des Solidarités.

Bonnes vacances à tous.

 

Les élus de Changeons de Cap : Simone Cassette,

Bernard Morin, Catherine Hespel, Maurice Pagel

 

Retrouvez-nous sur  et 

Contact : cdc.limours@gmail.com